Mario Vigentini a été éducateur auprès de personnes handicapées depuis près de 20 ans. Cet Italien vient de mettre au point un fauteuil roulant révolutionnaire qui va considérablement modifier le rapport des handicapés avec leur environnement.

Dans un fauteuil roulant classique, l’individu « se trouve dans une posture où tous les angles sont fermés. Les organes de la partie haute du tronc sont compressés » et « la quasi-totalité du poids repose sur l’ischion (os du bassin) ».
Tel est le constat de départ de l’ancien éducateur. En effet, selon lui, la position imposée par ces fauteuils aggraverait les pathologies des handicapés et en créerait même de nouvelles, particulièrement sur les plans digestifs, respiratoires, urinaires et circulatoires. L’atrophie musculaire des jambes est également favorisée dans ce genre de position.

Ainsi, avec son « MarioWay », il a souhaité faire exactement l’inverse. Le tronc est redressé et tous les angles sont ouverts offrant alors une mobilité optimale. Les avantages de ce tout nouveau fauteuil sont considérables pour les handicapés. Il se guide sans les mains et il est plus ergonomique donc plus confortable. L’assise est plus haute, un détail qui a son importance. En effet, cela permet aux handicapés d’être à la hauteur des personnes valides et leur permet de réaliser les mêmes actions comme par exemple commander un café au comptoir ou attraper un livre dans une bibliothèque, d’ordinaire très difficile avec un fauteuil roulant classique.

Le pilotage du fauteuil est très intuitif grâce à ses capteurs de position du corps. Il suffit de bouger légèrement le tronc vers l’avant pour que « MarioWay » avance un peu, même principe pour aller en arrière. Pour se déplacer à gauche ou à droite, il suffit de bouger le bassin dans la direction souhaitée.

Par ailleurs, l’équipe de Mario a beaucoup travaillé sur le design du fauteuil qui n’avait encore jamais évolué en près d’1 siècle. Mais cela a un coût : 19 300 euros actuellement (le prix d’un fauteuil roulant électrique est entre 1500 euros et 30 000 euros). L’équipe espère pouvoir abaisser le prix autour des 10 000 euros très prochainement.

Le rêve de Mario est de faire de « Marioway » un nouveau moyen de transport dans les villes aussi bien pour les handicapés que les valides, gommant ainsi les différences et les préjugés.

 

En savoir plus sur :